Retour
Histoire de la LSF 4-Le congrès de Milan
par le 20/08/2013

Alors que l’enseignement prôné par l’Abbée de l’Epée prospère, le courant "oraliste" s’amplifie.
Les "oralistes" pensent que les sourds doivent apprendre à parler pour s’intégrer dans la société.
Le congrès de Milan en 1880 — où l’immense majorité des participants est entendante et oraliste — décrète : « que la méthode orale pure doit être préférée ».

Trois raisons sont invoquées :

- la LSF n’est pas une vraie langue,
- elle ne permet pas de parler de Dieu,
- les signes empêchent les sourds de bien respirer ce qui favorise la tuberculose.

Cette « préférence » a eu des conséquences dramatiques pour les sourds : pendant 100 ans la langue des signes a été proscrite, méprisée et marginalisée aux seules associations de sourds. Dans les instituts de sourds, les élèves signent en cachette. La langue des signes s’est alors appauvrie.

http://www.signesetformations.com/c...

Publier un commentaire

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom


ELIX est cofinancé par l’Union européenne.
L’Europe s’engage en Nord Pas de Calais avec le Fonds européen de développement régional (FEDER).
Union Européenne